Accueil rubrique

L'orgasme clitoridien

Si le distinguo entre les femmes dites « clitoridiennes » et d’autres dites « vaginales » - établi dans les années 50 et 60 - semble avoir fait son temps, on constate aujourd’hui que bien rares sont les femmes qui ne réagissent pas du tout à une stimulation du clitoris. De ce point de vue, il apparaît comme la porte d’accès la plus évidente au plaisir, même s’il ne saurait être considéré comme l’unique moyen d’y parvenir.

Le clitoris, idéal… sauf pendant le coït !
Ultra-sensible, réactif, relativement facile d’accès au regard de l’ensemble de l’appareil génital féminin, le clitoris semble littéralement tomber sous le sens lorsqu’il s’agit de stimuler une femme et de la conduire au plaisir.
Cependant, le clitoris souffre de deux handicaps de taille :
- la faible longueur de sa partie externe, quelques millimètres, deux centimètres tout au plus lors de l’excitation
- sa position peu optimale par rapport au vagin et à l’angle de pénétration de la verge, qui empêche sa stimulation par cette dernière lors du coït.

En décodé, cela signifie qu’il est peu probable, et dans les faits assez rare, que vous connaissiez un orgasme par la stimulation de votre clitoris pendant le seul coït. C’est d’ailleurs bien ce qui a conduit, un peu abusivement, à différencier l’orgasme « clitoridien » de l’orgasme « vaginal ».
Si la pénétration ne suffit donc pas, faisons ensemble un petit tour d’horizon des moyens les plus efficaces de stimuler votre clitoris.


Encadré : Finalement, à quoi sert la pénétration ?
C’est une question que nous sommes en droit de nous poser, à relire les quelques pages précédentes. Si le clitoris s’avère indispensable à votre plaisir, pour ne pas dire primordial, à quoi peut bien servir la pénétration ?
« A rien ! » répondront certaines d’entre vous, par pure provocation. Dans les faits, on sait en effet aujourd’hui que le vagin proprement dit comporte peu de terminaisons nerveuses. Ajoutez à cela une tonicité très variable et un relâchement des muscles qui l’entourent avec l’âge et les grossesses… D’un point de vue purement fonctionnel, le vagin n’est pas un organe « prévu » pour les sensations fortes. Il est donc en principe presque impossible pour une femme d’obtenir un orgasme par la stimulation de son seul vagin, quelle que soit la position ou l’objet employé pour la pénétration.
Pourtant, il apparaît dans la quasi-totalité des témoignages de femmes sur leurs orgasmes que, au moment crucial, elles ressentent le besoin vif d’être pénétrées. Instinct lié à la reproduction ? Contraction réflexe des pubococcygiens qui enserrent le vagin ? Besoin psychologique de se sentir « prise » et « comblée » ? Sans doute un savant mélange de tout cela, qui contribue à donner à la pénétration tout son sens et sa légitimité.

  • L'orgasme par masturbation
    Le tout premier orgasme est, dans la plupart des cas, ressenti seule, au cours de la masturbation. L’absence de jugement ou d’impatience du partenaire, les conditions de confort et de détente, le désir...
  • L'orgasme par cunnilinctus
    Le cunnilinctus - ou cunnilingus – est, avec la masturbation, la plus efficace des caresses clitoridiennes pour conduire une femme à l’orgasme. Pourtant, elle souffre souvent d’une réputation...
  • NOUVEAUTES
    0,00 €
    PRIX DOUX
    0,00 €
    NOS PREFERES
    0,00 €